31 août/ 1/2/3 Septembre 1937 – 17 Mai 2022 – Landeck – Chur
31 août/ 1/2/3 Septembre 1937 – 17 Mai 2022 – Landeck – Chur

31 août/ 1/2/3 Septembre 1937 – 17 Mai 2022 – Landeck – Chur

Le cantonnier est parti à son travail de bonne heure. Il ne veut pas laisser sa cabane inhabitée et ouverte à tous vents. Il nous fait comprendre qu’il préfèrerait que ne nous attardions pas. Je crois que c’est plutôt de nous que de ceux qui pourraient venir après qu’il a peur. Il n’a pas tout à fait tort. Nous devenons aussi bandits au moral qu’au physique. Bientôt nous ne vivrons plus que de rapines.

Avant le sommet du col, nous découvrons un petit lac aux eaux si transparentes que nous pouvons distinguer jusqu’au moindre détail du fond. Face à nous s’étend un magnifique champ de neige, surmonté d’une sorte de falaise d’où jaillit une cascade qui alimente le lac.

Nous ne pouvons résister à tant d’attraits : nous laissons nos bicyclettes et bagages et nous voilà partis à sauter de rocher en rocher, à nous agripper ici à une touffe d’herbe, là à une racine. Par moment, nous avons l’illusion de faire de la varappe. Bien sûr, il serait dangereux de tomber mais, avec des précautions, l’ascension est facile. Au dessus de la cascade, nous nous arrêtons pour souffler un peu. Sous nous, lointaine, la route du Flüela Pass serpente, tourne, semble passer deux fois au même endroit. Deux autocars ressemblent à de minuscules fourmis.Pat fixe la scène inoubliable dans la gélatine pour la postérité, la renommée et … notre album de photographies.

Le sommet du col est caractérisé par une auberge, par le fait qu’il n’y a plus de neige, que la route redescend après avoir bien monté et par la présence d’un petit lac miniature, frère cadet du précédent. Photos et rephotos. Davos est maintenant à une dizaine de kilomètres. Pat part en tête, mais, au premier tournant, dérape sur les graviers et choit lourdement à terre. Il n’a rien, mais son phare est cassé et le contenu des sacoches jonche la route. Cet incident nous a rendus prudents. Un peu avant Davos, je crève. Nous réparons sur place. Il nous faudra encoure réparer en ville, car nos trois roues arrières ont des rayons cassées.

Davos … Nous ne trouvons pas de rayons qui aillent sur nos ventes en bois. Nous constatons que la couture des boyaux est pourrie. Par endroit, on aperçoit la chambre à air.

Davos n’a plus rien à voir avec la carte postale, surtout à une semaine du « Forum de Davos ».
Tout d’abord, la ville est bétonnée de partout, ensuite des grillages et des barrières commencent à être installées, et des agents de sécurité font circuler les véhicules.
Je tourne en rond pour me trouver un restaurant pour manger, et une place pour garer la moto. Je finis par dénicher un restaurant italien. Je ne vois que trop tard la photo de Clinton, bref, je m’en tire pour presque 40€ pour un plat de spaghettis, de l’eau et un café.

Cette photo est publiée sous la licence : CC-BY-NC-SA 2.0 Creative Commons

Nous nous installons provisoirement dans un champ au-dessus du lac de Davos. Nos pensées sont loin d’être gaies… Pat démonte son dérailleur. Les billes se répandent dans l’herbe. Nous les retrouverons à peu près toutes après de minutieuses et patientes recherches.

Nous envoyons une lettre collective à « Paris-Soir ». Le texte en est soigneusement trituré. Nous demandons une réponse poste-restante à Strasbourg…

Le soir, nous n’avons pas terminé. Nous réussissons à pénétrer dans un chalet abandonné. Pour nous rendre à notre demeure, nous devons faire de l’équilibre sur une poutre pendant cinq mètres.

Notre dîner se compose d’une boîte d’un kg de confiture (c’est ce qu’il y a de meilleur marché) et de deux kg de pain noir. Pour donner une idée de notre appétit, il me suffira de dire qu’aujourd’hui, de 14h à 19h, nous avons avalé huit kg de nourriture se décomposant en trois kg de confiture et cinq kg de pain noir. Les luxembourgeois sont enfoncés…

L’intérêt d’avoir les moyens, c’est de pouvoir dîner « normalement », même si je râle sur le prix.

3 Septembre 1937 : Page 4

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :