17/18/19/20 Août 1937 – 13 Mai 2022 – Klatovny – Regensburg
17/18/19/20 Août 1937 – 13 Mai 2022 – Klatovny – Regensburg

17/18/19/20 Août 1937 – 13 Mai 2022 – Klatovny – Regensburg

Les catacombes sont ouvertes et je prends un moment pour les visiter. Il ne fat surtout pas s’imaginer les catacombes de Rome ou de Paris. Ici, il s’agit d’une salle de la crypte de l’église renfermant une quinzaine de corps qu semblent momifiés. Le reste des lieux est consacrée à l’implantation des jésuites dans la ville et à l’édification de l’église .

Je perds vingt bonnes minutes assortir de la ville, la route que je devais prendre étant coupée. Il y avait bien une déviation de prévue, mais elle conduisait à un parking de supermarché, puis plus rien. J’ai donc fini par partir le nez au vent, dans la direction générale initiale et suffisamment loin pour qu le GPS arrête de me demander de faire demi-tour.

Ensuite, le titre vous laisse deviner que ce fut plus un long trajet de liaison qu’un trajet touristique, d’autant que mon GPS, toujours taquin, s’est évertué aujourd’hui à me faire prendre l’autoroute. En plus, il s’agissait d’une autoroute sans limitation de vitesse. Je n’en ai même pas profité, trop de vent latéral. Et à mon grand étonnement, les allemands non plus. Ils étaient très très rares à dépasser le 130, voire le 120.

Je grelotte depuis trois heures du matin. Tout bien réfléchi, je pense que Pat avait raison en ce qui concerne la fraîcheur matinale.

Notre propriété est la proie de tas de paysans qui coupent les foins. Ils n’ont pas attendu que nous nous en allions pour le faire. Ça a un petit air de dire : Je voudrai bien que vous partiez, à peine dissimulé. Il y a de grossiers personnages dans le monde entier.

Avant d’évacuer les lieux, nous faisons un brin de toilette. Le fait mérite d’être noté. Je me regarde même dans une glace. J’ai la figure encadrée d’un magnifique collier de barbe noire, cu même module que celui qu’arbore Jacky en blond. Des goûts et des couleurs …

Pat a des touffes de poils qui se promènent à tort et à travers sur sa figure. C’est d’un aspect on ne peut plus réjouissant.

En repartant, nous trouvons une branche de prunier tombée au milieu de la route. Les prunes ne sont pas perdues pour tout le monde, pour nous en particulier.

Nova Gdyné (Neugedeim) … Drazemov (Trafenau) … Horsovsky ( Biechoffensteinitz) …

Il pleut à nouveau. Nous trouvons une A.J dans le genre Plan. Un épicier chez lequel nous faisons nos achats nous demande d’où nous sommes. La France ? Il ne sait pas ce que c’est ? ! ?

18 Août 1937 : Page 2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :