1 Juillet – Marseille / Montélimar
1 Juillet – Marseille / Montélimar

1 Juillet – Marseille / Montélimar

Bien qu’ayant tout fait ou presque, j’ai réussi à éviter l’orage sur la route. Pour une arrivée prévue aux alentours de 14h30 / 15 h, j’ai finalement posé les sacoches à 18h10, alors que les premiers éclairs apparaissaient.

Pour expliquer ce décalage ? Des tours et des détours. J’ai eu beau résister à l’abbaye de Silvacane, je n’ai pu m’empêcher de descendre à Bruoux pour voir les mines d’ocre (par une étrange coïncidence, mon trajet m’a ramené dans la région d’Apt et de Roussillon que nous avons visitée hier). De fait, les mines indiquée par Catherine dans son commentaire, sont à Gargas. Quant bien même nous aurions voulu les visiter, c’eût été impossible : la réouverture post confinement avait lieu aujourd’hui.

Cependant, pour visiter, il fallait réserver, se munir d’un vêtement chaud (à chercher au fond d’une de mes sacoches) et comble du désagrément, les photos étaient interdite. J’ai donc décidé de zapper ce site. En revanche, je n’ai pas pu résister à l’appel de la photo iconique de l’abbaye de Sénanque perdue dans ses champs de Lavande.

Ensuite, il m’a fallu trouver de l’essence et suivre de petites routes en lacets : le pied !

Le Trajet

Details
Marseille / Montélimar

Les Sites

Me voyant sur le bord de la route, un motard sympa s’est arrêté pour voir si tout allait bien 🙂

Le Gîte et le Couvert

Je déjeune d’une excellente andouillette, pas trop forte, à la pizzeria à l’entrée de Gargas.

Je loge à l’Hôtel du Parc, à Montélimar, qui a l’avantage de proposer un garage couvert pour les motos, mais l’inconvénient de ne pas avoir d’ascenseur. Les étages sont particulièrement hauts ; le WiFi ne m’a pas permis de télécharger 6 malheureuses photos pendant la durée du dîner que j’ai pris à la brasserie proche « le Café de l’Ardèche ». Place à « l’instantanéité », à la mention des producteurs locaux, aux mélanges… Bref, très « tendance », donc cher mais bon.

2 commentaires

    1. Patrice PELLE

      Tu n’y es pour rien, au contraire : ça m’ permis de faire d’autres tours et détours sur de jolies petites routes, et tu n’as pas à me remercierpour la lavande, a priori, je n’y suis pour rien 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :