Saint-Omer / Soissons
Saint-Omer / Soissons

Saint-Omer / Soissons

Malgré le graissage effectué dimanche, la pluie de cette nuit n’a pas été favorable à ma poignée d’embrayage. Elle recommence à se bloquer peu à peu. Je m’arrête donc à Thérouanne chez un vendeur de cycles, motoculteurs et petits enduro, quoi qu’il en soit référencé réparateur moto sur internet.
Je dois attendre l’arrivée du mécanicien qui me passe un coup de « 4en1 » en me disant que la vis / pivot avait dû s’oxyder et se gripper avec la poignée. Dans tous les cas, tout refonctionne.


Je profite de cet arrêt pour visiter le site archéologique de la ville. Ce site a été érigé sur l’ancien emplacement de la ville rasée pierre à pierre sur les ordres de Charles Quint en 1553. Autant dire qu’il n’y a rien à voir, à part un parc sympa.



J’arrive à l’abbaye de Valancelle à l’heure du déjeuner : elle est fermée, j’ai faim et il n’y a pas de restaurant à proximité. Tant pis !


Je m’arrête à Saint Quentin pour visiter la basilique et admirer la façade de l’hôtel de ville, qu’on ne peut malheureusement pas visiter : il possède de magnifiques salles gothiques.


J’atteins Soissons en milieu d’après-midi. Passage à l’office du tourisme qui m’inonde de brochures diverses sur la ville et la région. Je file à l’abbaye Saint Jean aux Vignes qui ferme dans l’heure.
Très étrange : de l’église, il ne reste plus que la façade principale, ouverte sur le ciel. Seuls subsistent le cellier et le réfectoire du XIIIème siècle et quelques vestiges épars dans un parc. Au milieu de ce dernier, une femme se met à danser, mais le fait que le voile avec lequel elle évolue soit une feuille de plastique gâche un peu.


Retour en ville pour la visite de la cathédrale qui possède, entre autre, la dernière version de l’Adoration des Bergers de Rubens.



Le Trajet

Je n’ai pas modifié la trace que j’avais préparée, qui allait de Dunkerque à Soissons.

Details
Dunkerque - Soisson

Les Sites

Saint Quentin

Soissons

Le Gîte et le Couvert

D’après internet, il n’y a pas d’hôtels en centre-ville. Celui que je trouve, proche de l’Aisne, n’a pas de parking. Je pars donc vers la zone commerciale périphérique où se trouve un nid : IBIS, Kyriad, Formule 1… J’atterris au Kyriad, et compte tenu de l’environnement particulièrement touristique, je vais dîner à l’hôtel. Chambre + Pt Déj + Dîner : un peu moins de 110€ .

Dîner pas extraordinaire de plus, rendu un peu agaçant par les couverts en bois qui ont été livrés. Le couteau ne peut être qu’épais, sinon la lame casserait, et les dents à peine formées (problème d’usinage, de design ?). Bref, il ne coupe absolument pas, mais déchiquette et encore faut-il faire des efforts.
La petite cuillère est plus une spatule, petite, qu’une cuillère : difficile de manger une île flottante avec un tel instrument.

Pour information

Saint Quentin possède une ville homonyme au Canada

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :