17 Juin 2021 Changements de plan : deuxième !
17 Juin 2021 Changements de plan : deuxième !

17 Juin 2021 Changements de plan : deuxième !

Avant de vous raconter la galère que le titre et la photo suggèrent, commençons par le commencement. Lorsque j’étais à l’école, j’avais été fasciné par l’histoire de Saint Louis construisant la ville d’Aigues-Mortes, en partant pour les croisades. Depuis, la mer se serait retirée, ou les terres auraient gagné, bref, la ville se serait ainsi retrouvée à l’intérieur des terres. Encore un mythe qui s’effondre : Aigues Mortes était déjà loin de la mer au moment de sa construction, sur des marais.
Je devais donc aller voir cette ville, ce que je fis. Le trajet fut sans intérêt (autoroutes et nationales) et j’arrivais en ville pour le déjeuner : standard, car les « les poissons sauvages, selon arrivage », n’étaient pas arrivés. Cela aurait dû me mettre la puce à l’oreille …

Je commence la visite par l’église des Sablons que Saint Louis fréquenta avant son départ pour les croisades. Il ne reste rien de cette époque. Tour des remparts, intérieur et extérieur (je n’ai pas envie de monter sur le chemin de ronde), petit détour par le point de vue sur les salins aux tons roses et je retourne au parking où j’ai garé ma moto afin de rentrer sur Marseille en passant par la Camargue.



Et là, impossible de retrouver mes clefs. Je secoue la machine, au cas où les clefs se seraient coincées quelque part, je fais et refais toutes mes poches, bien évidemment, et recommence le circuit touristique en interrogeant le restaurateur, le syndicat d’initiative, la police municipale, le gardien du parking … Rien !



J’appelle l’assistance de mon assurance qui finit par m’annoncer qu’elle ne prend pas en charge la perte de clefs. J’appelle Triumph assistance, qui n’ayant pas compris mon numéro de plaque n’arrive pas à me retrouver. Ca finit par s’arranger. Entre temps, tous les motards qui passent me demandent si j’ai besoin d’aide et me souhaite bonne chance.



Arrive un énorme camion de dépannage qui découvre alors que la moto n’est pas en panne, mais sans clef avec l’antivol bloqué. Il n’a pas prévu de chariot pour la faire rouler jusqu’à la plateforme. Il appelle son patron, qui arrive et à eux deux, ils finissent par la faire rouler et riper jusqu’à la plateforme où la moto est arrimée.
Destination : la concession Triumph la plus proche, à Montpellier. Au passage, on récupère une Clio qu’on prend en remorque et qu’on dépose chez le dépanneur.


A la concession, le mécano qui m’accueille était au même restaurant que moi lundi. C’est étonnant et sympathique, mais ça ne résout pas mon problème de clef. Il n’y a pas de délai prévisible pour obtenir trois nouveaux canons (antivol, réservoir et Top Case). Le plus simple est de me faire envoyer le double, que j’ai eu la bêtise cette fois-ci, de laisser à Paris et de faire refaire des clefs à Paris.
Les clefs devraient arriver demain matin par Chronopost à la concession Triumph.


Les trains disponibles vers Marseille me feraient arriver vers 23h, je décide donc de passer la nuit à Montpellier et de rentrer le lendemain matin.
Le chauffeur de taxi qui m’emmène à l’hôtel (Ibis Style Comédie), identifie que je suis retraité à la manière dont je raconte mon histoire et à ma façon de prendre les choses (dit-il, mais les tempes grisonnantes doivent aider aussi ).
Pendant le dîner au restaurant, je reçois un appel de mon dépanneur qui me rapporte la suggestion de sa femme : téléphoner à la police municipale. Attention très sympathique .


Finalement, ce matin j’attrape le train de 8h54. Et heureusement : le suivant, vers 10h20 avait plus d’ne heure de retard annoncé, à la suite d’un accident de train de marchandise qui bloquait les voies …





Maintenant, ce qui m’embête un peu, c’est le fameux dicton populaire : « Jamais deux sans trois »



Aigues Mortes

Le Dîner

Sur les conseils de l’hôtel, je vais dîner à « L’Endroit », rue du Petit Saint Jean. Je ne regrette pas : c’est bon et l’idée est originale. Lorsqu’il va au restaurant, le gérant de L’Endroit aimerait goûter à plusieurs plats et se trouve donc frustré de ne pouvoir le faire. Il a donc transposer cette envie à son propre restaurant qui propose ainsi, selon le menu, plusieurs « petits plats » de poissons, de viandes, de tapas… S’ajoute à cela une bonne carte de vins.

3 commentaires

  1. Catherine

    Oups !
    Je vais te rassurer c’était le troisième souci : le deuxième c’était la moto au sol.
    Tu aurais du faire le tour des remparts d’Aigues Mortes, c’est sympa mais…
    je te l’accorde, au mois de mai quand il ne fait pas trop chaud 😎

  2. Ping :23 Juin 2021 Retour au plan : mais quel plan ? - Les Roues Tournent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :