5 Août 1937 – 6 Mai 2022 – Aschaffenburg / Würzburg
5 Août 1937 – 6 Mai 2022 – Aschaffenburg / Würzburg

5 Août 1937 – 6 Mai 2022 – Aschaffenburg / Würzburg

Heesenthal … Rohrbrunn … Markheidenfeld…

Avant d’arriver dans cette dernière localité, nous avons une jolie descente. Pat et moi arrivons rapidement en bas. Dix minutes après, nous n’avons pas encore de nouvelles de Jacky qui était à notre hauteur au départ. Un cycliste passe à toute allure. Il nous crie :

Ihr Kamerad, Rad kaput !

Brrrr … Une roue cassée ! Dans un pays où on ne sait pas ce qu’est une jante en bois, c’est grave .

Nous remontons, et, vers le milieu de la descente voyons notre Jacky qui regonfle tranquillement son boyau avant. Il rit tout seul en nous racontant son histoire :

« – C’est bien simple, je descendais à toute vitesse, et puis voilà que je regarde le bord de la route, alors … et bien alors j’y suis allé sur le bord de la route. J’suis rentré dans un tas de cailloux et pan ! J’ai été projeté par dessus mon guidon. J’ai recherché mes lunettes qu’j’avais perdues et j’ai vu ça m’a donné chaud, ma roue avant qui faisait un 8. J’l’ai prise entre mes genoux pour la détordre et c’est tout »

La première chose qu’on vous apprend à la moto-école, c’est que la moto va où vous regardez. Visiblement, c’est pareil en vélo 🙂

Ceci dit (ou plus exactement écrit), le trajet jusqu’à Wûrzburg a été pénible : aucune intérêt et de nombreux ralentissements. Si en France nous sommes les rois des ronds-points, les allemands sont les rois des feux rouges. Et l’un dans l’autre, le système français est plus performant et fluide (ce n’est pas pour autant que je ne continuerai pas à râler contre ces maudits ronds-points qui pullulent partout … )

Nous aussi, nous avons eu chaud

Nottingen … Würzburg … Il fait presque nuit lorsque nous dressons la tente dans un champ un peu après la ville tout près d’une rote militaire interdite.

©Geneanet sous la licence : CC-BY-NC-SA 2.0 Creative Commons

J’arrive à Würzburg vers 16h30 et le temps de m’installer à l’hôtel (avec ascenseur pour voiture), je débute ma ballade vers 17h. Les bavarois sont sympas : dès qu’il me voit déplier le plan de la ville que j’ai récupéré à l’hôtel, quelqu’un s’approche et me propose de m’aider. C’est ainsi qu’un passant m’accompagne vers la vieille grue et me raconte que Napoléon a passé trois heures à Würzburg, en 1806, qui rassemblait alors les troupes pour la conquête future de l’Allemagne. La ville serait restée la dernière forteresse française, jusqu’à 1814.

Beaucoup de terrasses de café, où il fait bon prendre un demi (un vrai de 50cl, d’une bière qui heureusement ne titre pas comme les mères belges … )

Nous commençons à peine à nous installer qu’une petite voiture quitte la route, descend le talus et fonce à travers champs. Elle s’arrête devant nous. Une tête ébouriffée en jaillit. Il est interdit de camper où nous sommes. C’est de la Futter. Du fourrage, ça ! L’herbe est tondue à ras et je défie bien quiconque de nourrir une vache avec tout ce qui reste dans le pré …

Après bien des recherches, nous finissons par échouer près de la maison d’un garde-barrière. Il fait complètement nuit.

Informations

Distance parcourue

172 km

Durée totale

11 heures

Durée de roulage

4 heures 10 minutes

Moyenne

40 km/h

Vitesse maximale

108 km/h

Déjeuner

Restaurant : Tachelesz – Frankfurt
Menu : Caesar’s salad – eau
Prix :17,10 €

Dîner

Restaurant : Mainmühlen Würzburg
Menu : Poisson – parfait vanille – verre de blanc (25cl)
Prix : 30 €

Hôtel et Petit Déjeuner

Hôtel : Greifensteiner Hotel Würzburg
Confort : standard
Prix : 109 € (chambre – pt déj. – parking gratuit pour la moto)

Activités

Visite Francfort
Musée de la Cathédrale : 2€
Balade Würzburg
Total marche :6km

Essence

SP 95
Quantité : 17,5 l
Prix : 36,38 €

Divers

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :