22 Juillet – Beaune / Clermont-Ferrand
22 Juillet – Beaune / Clermont-Ferrand

22 Juillet – Beaune / Clermont-Ferrand

Evitez la D994 ! C’est une succession de camions, des deux côtés d’une route qui tournicote, qui monte et qui descend, et qui, finalement, traverse des villages. Les occasions de doubler sont rares, celles de bouchonner nombreuses : feux rouges, virages serrés, montées … Je le répète : A EVITER !
Pourtant, la matinée avait très bien commencée au milieu des vignes des grands crus de Bourgogne puis le long du canal. Petit détour à Neuilly en Donjon pour voir une pette église romane signalée par une pancarte presque aussi grande qu’elle. La dite pancarte étant légèrement erronée car elle indique de prendre la première à gauche, alors que cela devrait sûrement être la seconde. Je n’en sais trop rien, car j’ai pris la première, un petit chemin vicinal qui vous laisse sans plus aucune indication au premier croisement.

Je déjeune à Lapalisse, rendu célèbre par les évidences dont il n’a jamais été l’auteur. Leur origine est en effet une erreur de lecture de son épitaphe.

Après Neuilly en Donjon, j’ai dû faire face à une autre direction inconnue. A la sortie de Vichy, la route indiquée par mon GPS est signalée barrée à 1500m, puis à 800. Arrive un rond point, et là, une seule indication : « route barrée », sans autre forme de procès ou de déviation. Le chantier étant tout proche, je m’enquiers auprès d’un ouvrier du chemin à prendre. Il me répond que la déviation est indiquée 5 km avant. Comme je lui réponds que je suis arrivé au milieu, il m’autorise à passer en faisant attention aux pelleteuses et camions.
Je me fais arrêter 50 mètres plus loin par le chef de chantier, auquel je demande la chemin à suivre, puisqu’il n’y a aucune indication de déviation. Il me répond que si, que le panneau est énorme et que je l’ai fait exprès. Je lui rétorque que je prends les petites routes et qu’il n’y a aucun panneau jusqu’au rond-point, inclus.
« Bien sûr, si vous suivez les chemins de chèvres » est sa première réponse, puis le fait que j’ai failli me faire tuer par le godet de la pelleteuse (en fait c’est plutôt écrase, car celle-ci m’arrivait droit dessus), mais que je pouvais zigzaguer à mes risques et périls jusqu’à la sortie 50m plus loin 🙂

Après ces aventures, j’arrive sous la pluie à Clermont Ferrant que je visite. « Vaut le voyage » dans le guide Michelin. J’avais juste oublié un détail : Clermont est la ville de Michelin, ou réciproquement. La cote est donc sur-évaluée

Le Trajet

Details
Beaune - Clermont-Ferrand

Les Sites

En chemin

Lapalisse

Clermont-Ferrand

Le Gîte et le Couvert

Comme la dernière fois, je loge à l’IBIS Budget, en sortie de la ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :